ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Auvergne

Domaines d'intervention

Transports

Très consommateur en énergies fossiles, le secteur des transports est une source majeure d'émissions de gaz à effet de serre. Afin de réduire ces pollutions, l'ADEME soutient la recherche et le développement sur des solutions propres et économes et aide à leur diffusion. Elle propose des méthodes pour optimiser les déplacements de personnes et de marchandises.

Transports

Les transports, qu’il s’agisse de personnes ou de marchandises, représentent à eux seuls 63 % de la consommation nationale en produits pétroliers.
Ce secteur est une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre, soit 26 % des émissions, en augmentation de 23 % depuis 1990.
C'est le transport routier (particuliers et marchandises à part quasi-égale) qui domine de manière écrasante le bilan énergétique. Il représente 80 % de la consommation d'énergie, tous modes de transport confondus, avec une dépendance de 98 % aux produits pétroliers.

Des progrès techniques, conjugués à une réglementation de plus en plus restrictive ont déjà permis de rendre les véhicules moins consommateurs et moins polluants.

Mais tous ces efforts ne sont cependant pas suffisants.
En effet, les véhicules consomment moins et polluent moins, mais la responsabilité du secteur des transports en matière de dégradation de l'environnement n'en reste pas moins importante. En fait, la diminution des consommations et émissions unitaires des véhicules est compensée par l'accroissement des trafics routiers. Ainsi, malgré les gains observés sur les véhicules, les émissions globales de CO2 des transports routiers stagnent depuis 2001 autour de 130 Mt CO2 (soit 17 % au dessus du niveau de 1990). Quelles que soient les perspectives en matière technologique, il est donc aussi nécessaire d'agir sur les trafics urbains et interurbains pour réguler leur croissance. C'est naturellement celle des trafics routiers qu'il faut tenter d'infléchir et pour cela, deux options sont envisageables :

  • Transporter « moins » en réduisant les volumes de trafic (le nombre de déplacements, les distances parcourues, etc.) ;
  • Transporter « mieux » en favorisant un report des trafics routiers vers les modes moins consommateurs et moins polluants (ferroviaire, fluvial, transports collectifs). C'est dans cette optique que se placent les actions de l'ADEME en matière de transport.

Contexte régional

Le transport de personnes et de marchandises représente 31 % des consommations d'énergie en Auvergne, soit le second poste après le bâtiment.

Action régionale

Soutien aux initiatives locales de mobilité des personnes

L‘ADEME Auvergne accompagne et soutient les démarches visant à favoriser les modes de transport alternatifs à la voiture (transports en commun, modes actifs…).

Quelques exemples :

  • la mise en place de la centrale régionale de mobilité qui permet de retrouver sur un même site toutes les informations de transports en commun les plus vertueux en Auvergne : site Auvergne mobilité ;
  • la réalisation de l’Enquête déplacements Grand Territoire Clermont-Val d’Allier. Elle a été élaborée selon la méthode standard CERTU afin d’obtenir une photographie de l’évolution des déplacements par rapport à l’enquête précédente de 2003 : site du Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération clermontoise.

Aux côtés des Autorités organisatrices de transports (AOT), l’ADEME Auvergne, accompagne également les politiques et les initiatives de Plans de déplacements inter-entreprises ou établissements (PDIE) après avoir soutenu les Plans de déplacements d’établissements (PDE).

Offres de transport alternatives à la voiture

Et les offres de transports en commun de plus en plus performants de toutes les autorités organisatrices des transports.

Accompagnement et sensibilisation des entreprises de transport

En Auvergne, le transport routier représente un tiers des émissions de CO2 avec une concentration particulière du trafic poids lourds.

L’ADEME et le Ministère de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer, en collaboration avec les organisations professionnelles (FNTR-FNTV, TLF…) ont élaboré une charte d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2, accompagnée d’un plan d'actions personnalisé (et confidentiel) sur 3 ans. Cette démarche volontaire « Objectif CO: les transporteurs s’engagent » vise notamment à fournir aux entreprises de transport routier de marchandises et de voyageurs, des outils tendant à améliorer leur performance environnementale en privilégiant la réduction des émissions de CO2 liées à la consommation de carburant.

Cette action s’inscrit dans la politique de transition écologique et énergétique. Les premières chartes ont été signées au niveau national à partir de 2007 et pour l’Auvergne, à partir de 2009. La démarche a montré son efficacité, car elle permet de mobiliser et de structurer l’entreprise de transport dans son ensemble.